Clair(e) et (le) net. Les réflexions d'une techno-fille sur le web, et les TIC…

Articles tagués ‘internet’

Twitter a 10 ans !

L’oiseau bleu fête ses 10 printemps. D’ailleurs c’est le printemps aujourd’hui…

Pour fêter cet événement, le compte Twitter France a publié un joli twitt  !#LoveTwitter

love twitter 10 ans

Twitter est un réseau social quasi incontournable.
Même Bridget Jones dans « Folle de lui « est sur Twitter et suit avec appréhension le nombre de ses followers, c’est dire si Twitter est dans nos moeurs !

Pour moi, c’est l’occasion de vous parler d’un Mooc que j’ai suivi sur Openclassrooms () : Animez une communauté Twitter

Pas de révélation en ce qui me concerne, mais j’ai retenu quelques trucs et astuces. C’est en revanche un MOOC parfait pour les néophytes à mon avis. Vous pouvez juste suivre le cours ou si vous êtes premium,  obtenir un certificat (qui vaut ce qu’il vaut).

C’est aussi le bon moment pour partager à nouveau mon article sur  l’histoire de Twitter ,ainsi que le glossaire Twitter !

 

Enfin si vous voulez me follower sur Twitter, c’est ici : @ClaireFayau .

Publicités

La Chine, l’empire du web

Illustration © DR –  « Mei Ling » , le premier prix du festival du film d’animation (de France). Le prénom « Mei Ling » est écrit en sinogrammes, les caractères chinois.

你们好。

Traduction : bonjour à tous .

Un petit extrait de chez Korben : http://www.korben.info/ qui a inspiré l’idée de ce billet:

« Mon fils, quand tu entreras au collège, tu feras Anglais en langue vivante 1 pour pouvoir regarder des séries sans avoir à attendre qu’elles passent sur TF1, et Allemand en langue vivante 2, au cas où l’Allemagne reviendrai nous envahir, histoire de faire tourner le business… »-« Moi je dis stop ! Enfin l’anglais oui, mais pour la seconde langue, passez tous au Chinois ! « 

L ‘illustre blogueur appuie son raisonnement sur des chiffre.

Selon un graphique diffusé sur NextWeb, le nombre d’internautes parlant chinois va dans les 5 ans dépasser celui des internautes parlant anglais. L’année dernière, ce nombre a augmenté de 36 millions pour atteindre plus de 444 millions de sinophones

Parler chinois est maintenant « top » pour trouver un boulot dans le web.

Tous aux dictionnaires! Mais, en attendant, je vous propose quelques réflexions sur la langue chinoise, et surtout le chinois sur le web…

Le « chat » en chinois 

QQ Icon

Logo de'QQ' - via Wikipedia

J’avais déjà remarqué que les étudiants d’origine chinoise dont je m’occupais était accros à Internet … Ce qui est normal, car pour eux c’est le moyen le plus facile et économique de communiquer à l’étranger. Notamment avec  « le chat » .

« Mes » étudiants ne prisaient pas  MSN, mais un autre site avec pour mascotte un pingouin :  » Tencent QQ » ou plus simplement « QQ ».

C’est en fait la messagerie la plus populaire en Chine.

QQ Icon

Logo de'QQ' - via Wikipedia

Le kikou-lol , le netspeak , c’est à dire le language SMS  n’est pas le même. Ainsi  « 886 » ou « 88 »  signifie  » bye bye », « au revoir » … Oui, j’ai tenté le chat via MSN en chinois et je dois dire que  çà finissait souvent en  Chinglish, pour aller  plus vite  :  un caractère chinois,  de l’anglais , un smiley (çà , c’est international ) …  L’important, c’est que le message passe, non?

D’ailleurs même les adresse email ne ressemblent pas aux occidentales : j’ai remarqué beaucoup plus de chiffres.

Mais comment font les Chinois pour taper des sinogrammes?

Une question qu’on m’a souvent posée, et que je me suis posée il y a déjà une décennie (pour être précise : une décennie et quatre ans).

Il y a un clavier spécial?

Faisons court : non,  il n’y a pas de clavier : le nombre de caractères est trop important!

Il faut connaître le pinyin et le ton de chaque hanzi afin de le sélectionner dans une liste de propositions. Normalement, vous devez connaître le ton du caractère et parfois le taper sous forme de chiffres vous fera gagner du temps – voir  plus bas  la traduction phonétique de mon prénom, Claire.

克莱尔 (Kè4 lái2 er)

Ici  j’ai mélangé le pinyin ( les accents sur les lettres figurant les tons du mandarin) et les chiffres représentant les tons .

Ceci dit, ce n’est pas mon vrai nom chinois, mais c’est une autre histoire !

Heureusement, le système de saisie est intuitif et vous fait même des propositions… Un peu comme quand vous rédigez  un sms  si vous tapez  « bonj… » votre téléphone  vous proposera  » bonjour »!

Je vous passe tous les problèmes de logiciels, d’encodage, d’impression ( je me souviens encore quand, pour un mémoire universitaire, j’ai eu des carrés blanc à la place des caractères !)

Vous noterez aussi  que la ponctuation n’est pas tout à  fait la  même :

 Le point sur le point : ". " occidental =  "。" chinois...

La  « leçon  » est terminée. Quelqu’un m’a dit (certainement un de mes professeurs) qu’il fallait dix ans pour maîtriser le chinois … Patience donc !

Fiche de lecture : L’information et le renseignement par Internet (PUF)

Problématique du livre Comment gérer l’information à l’heure du Web 2.0 ?

couverture(Scan de la couverture de L’information et le renseignement par Internet )

NB : Pourquoi je conseille cette lecture … La problématique  à savoir la gestion des données que nous envoyons par internet, me semble particulièrement d’actualité.

Ainsi, certains de mes contacts refusent de mettre des photos de leurs enfants sur le web… Pour bon nombre de raisons, que ce soient pour protéger la vie privée de leur enfants, leur droit à l’image mais aussi pour empâcher que leur images soient récupérées par des réseaux mal intentionnés. Leurs arguments sont compilés sur Chouingmedia.

Il  y a aussi les controverses sur Facebook. Le créateur du site a finalement créé une version 2.0 de la vie privée, et certaines publicités récupèrent des données personnelles pour vous proposer des bandeaux de pub adaptés! Vous venez de vous mettre en couple ? Et hop ! Une  pub pour la Saint  Valentin  ou un lien pour organiser votre mariage…

Sans parler de l’e-reputation pour les particuliers et les marques. Telerama il y a quelques semaines y a consacré un sujet, et le dernier Figaro nous parle des blogueurs et influenceurs qui ont un pouvoir sans précédent, etc.

Voici un ouvrage récent, qui permettra de faire le point.  Un »Que sais -je ? » assez facile à comprendre (plus que ceux de linguistique notamment).
La partie sur les moteurs de recherches vus d’un point de vue juridique est particulièrement intéressante. Pour finir, vous trouverez dans cet article la présentation du livre, de l’auteure, et la table des matières.
Bonne lecture !

Description de l’ouvrage

couverture

  • 128 pages
  • 9.00 €
  • Numéro : 3881
  • ISBN : 978-2-13-057949-6
  • Date de parution : 26/05/2010 (1ère édition)
  • Droit/ politique

 

A propos de l’auteure

Laurence Ifrah

Criminologue spécialiste du crime organisé numérique et des cyberconflits, consultant en sécurité des systèmes d’information, Laurence Ifrah est chercheur au Département des recherches sur les menaces criminelles contemporaines de l’Université Paris II – Panthéon-Assas.

 

Résumé

« Internet, l’une des inventions les plus révolutionnaires de ces dernières années, a bouleversé notre approche du renseignement et notre rapport à l’information. Les différentes plates-formes offertes par le réseau se révèlent à la fois sources d’information, de manipulation, de promotion ou encore de déstabilisation. Si les plus aguerris sauront sans doute gérer les attaques perfides d’ennemis devenus volatiles, les plus naïfs paieront cher leurs innocentes publications sur les détails de leur vie intime disséminés sur les réseaux sociaux et autres blogs…
Comment les moteurs de recherche fonctionnent-ils ? Que gardent-ils de nos requêtes ? Est-il possible d’identifier un internaute en combinant l’ensemble de ses recherches ? Qui remplit le Web ? D’où vient l’information et est-elle fiable ? C’est à ces questions devenues incontournables que cet ouvrage se propose de répondre. »

TABLE DES MATIÈRES

Chapitre premier. — Le renseignement public et privé
L’intelligence économique
Les technologies de l’information
Le Web 2.0
Del.icio.us ou le « social-bookmarking »
L’opinion contre l’expertise
Le renseignement étatique par le Web 2.0

Chapitre II. — Histoire des moteurs de recherche
Intégration du Web 2.0 dans les moteurs de recherche
Étude comparative

Chapitre III. — La veille
Les différents types de veille
L’e-réputation
L’e-réputation des États ou la corruption du buzz numérique

Chapitre IV. — L’accès à, et la manipulation de l’information
Les manipulations boursières, les fausses rumeurs
L’espionnage industriel
Les dérives criminelles (hackers et mafias)

Chapitre V. — Le Web 2.0 et les réseaux sociaux, l’envers du décor
Collecte d’informations militaires
Facebook, MySpace, une source pour les services de renseignement comme pour les malfaiteurs
Portrait d’un inconnu : la fin de la vie privée
Usurpation d’identité
Les réseaux sociaux et l’entreprise

Chapitre VI. — Le contrôle de la validité de l’information
L’absence de confidentialité des recherches sur Internet
Recoupement des requêtes
Les cookies
Anonymat et préservation de la vie privée

Chapitre VII. — Organisation de l’information
L’information structurée
L’information non structurée
Les applications de type Desktop Search
Comparatif
Les risques liés aux outils de recherche Desktop
La recherche d’informations dans une organisation

Chapitre VIII. — Un savoir-faire français
Numérisation
Recherche sémantique
Text-Mining
Veille
Linguistique : l’analyse sémantique verticale

Chapitre IX. — Perspectives
En entreprise
Dans le monde du Search

Conclusion

Glossaire
Bibliographie et Webographie

 

Retour sur les mémoires universitaires en ligne.

Etudiante, j’avais décidé de mettre mes mémoires  de maîtrise (master 1) LEA en ligne – contre une somme minime ( Je me doutais bien que le site se ferait beaucoup plus d’argent que moi ).

Je ne les ai pas gardés  en version numérique ( déménagements, crash d’ordinateurs etc.) . Mais en version print ( je suis papivore).

Heureusement, il  y a le web … J’ai donc décidé aujourd’hui de voir ce qu’étaient devenus mes documents  7 ou  8 ans après.

Celui qui a été rédigé en anglais, vaut  14.45 euros pour  une trentaine de pages . Celui qui a été rédigé en français et en chinois mandarin (avec NJstar si je me souviens bien) vaut 9 euros 95  pour 40 pages… Le pire , c’est que j’ai remarqué que le titre avait été changé.  Est -ce un bug ,est -ce que  çà vient du comité du site, était – ce moi qui avait à l’époque développé le titre ? Dans tous les cas, ceci a compliqué mes recherches ,sans mentionner que la paternité (enfin maternité en ce qui me concerne ) de l’ouvrage  n’est pas claire. On n’insistera jamais assez sur l’importance d’un bon référencement !

Dans un autre post , je mettrai en ligne le résumé de ce travail , dont le titre original est: « La femme chinoise au tournant du XXIe siècle : Zhongguo nuren » (=  la femme chinoise).

 

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :